U kijkt nu naar de cache versie van het boekverslag :  - Les Multunationales Ingezonden Door: Jens Categ.
Deze versie komt van http://www.scholieren.be/huiswerk/show_stuk.php?id=680 en is laatst upgedate op Onbekend.
De taal ervan is Frans en het aantal woorden bedraagt 847 woorden.

Jens Buysse 23 septembre 2002



Les multinationales





Les Multinationales ne sont pas très favorisées et ce n’est pas la première fois. Pendant les années 1960 et les années 1970 les multinationales, certainement les Américaines, étaient vues comme institutions qui voulaient dominer le monde. C’était le temps du livre « The American Challenge » de Jean-Jacques Servan-Schneiber qui annonçait que grâce aux méthodes sophistiquées de gestion, de grandes entreprises américaines succéderait l'Europe et le monde. Etre grand et américain était laid en ces jours.



Et Puis, les années 80 arrivaient. Au lieu d’être vue comme des monstres, les grandes sociétés sont soudainement devenues les symboles du progrès dans un monde de plus en plus évolué. Les générations des jeunes étaient impatientes pour être louées par les symboles du succès du jour, les grandes sociétés du jour, de préférence américaine.



Aujourd’hui, les grands multinationales sont hors faveur, grâce au mouvement anti-globalist. Leurs idées sont que les multinationales sont devenues si grandes qu'ils menacent nos établissements démocratiques et pervertissent notre culture. Ils fondent cette idée en basant sur le fait que les sociétés multinationales sont très grandes. La manière la plus populaire d'exprimer ceci est celle que parmi les 100 plus grandes "économies" dans le monde 51 sont des sociétés et seulement 49 sont des pays. Et pour eux, ça prouve que les multinationales sont plus grandes que la nation moyenne.

Mais est-que c’est correcte. On voit toujours des statistiques données par les participants de mouvement anti-globalist, mais est-ce qu’ils sont honnêtes ? Pas vraiment. Ils donnent l’impression que toutes les multinationales sont plus grandes que les pays moyennes, mais en effet l’Amérique gagne 200 fois plus que la plus grande multinational, la Chine gagne 20 fois plus et Japon 100 fois. Ce n'est pas vrais que quelques sociétés ne sont pas grandes par rapport à quelques petits pays. "Wall Mart", la plus grande compagnie est plus grand que le Pakistan, le Pérou et l'Algérie; Exxon est plus grand que la République Tchèque, la Nouvelle-Zélande, et beaucoup d'autres petits pays. Mais l'impression donnée par les anti-globalists est que les sociétés sont maintenant en général plus grandes que les pays typiques dans le monde. Et ça, c'est incorrect.



La deuxième réclamation faite par les critiques des multinationales est que les multinationales sont devenues plus grandes comparées à l'état de nation, et comme ça ils menacent l'intégrité politique, sociale et culturelle de ces nations. Mais est-il vrai que les multinationales soient maintenant plus grandes que dans le passé comparé aux pays?

Non, les résultats de beaucoup d’études prouvent que le monde s'est développé plus vite que les multinationales. Ils se sont développés bien sûr, mais comparé avec le monde, pas si énormément. Évidemment il y a des grandes différences régionales. Quelques régions du monde se sont développées beaucoup plus rapidement que d'autres, mais en général, ça n’est pas le cas.



Le fait que les multinationales ne soient pas aussi grandes que nous avons pensé et qu'ils ne se sont pas développés plus rapidement que les états de nation ne nous dit pas beaucoup sur leur puissance. On doit distinguer deux types : la puissance économique et la puissance politique. Le premier type dépend aux variables. Si les consommateurs ont un choix entre beaucoup de produits du même type, les multinationales ne pourra pas charger des prix marginaux. Le deuxième facteur est la concurrence. S’il y a beaucoup de concurrence, ils ne peuvent pas demander beaucoup pour leurs produits. Maintenant, il n’y pas beaucoup de concurrence, et ils peuvent demander beaucoup. Et quand une autre organisation se présente, ils s'abaissent leurs prix, en comme ça ils ne donnent aucune chance à cette organisation.



Que diriez-vous de la puissance politique des sociétés? Il est plus difficile de mesurer la puissance politique que la puissance économique. Mais je vous donne un exemple récent. Bush est devenu le président en raison de sa campagne financée par de grandes sociétés. Et maintenant Bush doit aller en guerre parce que ces corporations sont des fabriques des armes et il doit faire quelque chose avec cela. Et qu'est-ce qu’il fait ? Il cherche sa guerre en Irak.



Les multinationales ne se sont pas développées aussi beaucoup comparé avec la nation-états ni sont-ils devenus plus puissants en les vingt dernières années. Mais la perception est très différente. Ceci donne la conclusion que ce qui a changé n'est pas la réalité économique, mais la perception des personnes qui s’occupent avec l’économie.
Andere boeken van deze auteur:


Home - Contact - Over - ZoekBoekverslag op uw site - Onze Boekverslagen - Boekverslag toevoegen