U kijkt nu naar de cache versie van het boekverslag : Pierre Bellemare - Le Crime Impossible.
Deze versie komt van http://www.verslagen.com/index.php?page=boek_toon&boek_id=43 en is laatst upgedate op 01/01/2004.
De taal ervan is Nederlands en het aantal woorden bedraagt 601 woorden.

Voorspelling

Ik voorspel dat David Roslin werd vermoord door zijn zoon, Andrew Roslin. Hij reageerde niet verrast of geschokt op het bericht dat zijn vader was vermoord. Maar ik beschuldig Andrew ook omdat ik niemand anders kan bedenken; de rest van de personages gedroeg zich niet verdacht. Zijn motief is mij niet helemaal duidelijk, maar het lijkt me logisch dat zijn vader hem iets vertelde waardoor hij in staat was hem te vermoorden. Dit is mijn reconstructie:

Andrew stak David op de gang al enkele malen in zijn rug. Op een gegeven moment wist David te ontsnappen, vluchte snel zijn werkkamer in en deed de deur op slot. Daar leed hij zo'n pijn, dat hij besloot er dan maar zelf een eind aan te maken. Hij stak zichzelf met een briefopener door het hart.



Résumé

Dans un château à Crieff, une petite ville près de Perth, habitait le comte David Roslin. Il avait soixante ans et habitait seul avec sa domestique; sa femme Margaret etait décédé à cause d'une tuberculose et son fils se fut installé à Glasgow.

C'était le tâche du majordome de réveiller le comte. Mais en 14 février 1928 Roslin n'était pas dans sa chambre à coucher. Le majordome venait lui chercher dans son bureau mais il ne pouvait pas entrer dans la pièce. La clef était engagée à la côté intérieure de la porte et le comte ne répondait pas. Le majordome décidait d'appeller la police et le médecin de famille. La police enfoncait la porte. La derrière on trouvait Roslin, baignant dans son sang sur le tapis, à ses côtés se trouvait un coupe-papier. Il avait reçu un coup dans le dos, le cou et en coeur. Le médecin déterminait qu'il était déjà mort depuis quelques heures. Il n'y avait pas des empreintes digitales sur le coupe-papier, les volets de la pièce étaient verrouillés et le bureau n'avait pas une passage secret.

Qu'est-ce qui s'était passé? Un meurtre semblait impossible, alors la police concluait que le comte Roslin s'était suicidé. Pourtant on commençait interroger la domestique, et aussi le fils du comte: Andrew Roslin. Inattendu un médecin légiste déclarait que le comte n'a pas pu se suicider! La police n'avait aucune idée…

Soudain un certain William Pinker disait qu' il avait la solution à la question. Il expliquait l'affaire comme suite:

Il y a longtemps que David avait été trompé par sa femme Margaret. Andrew n'était pas son propre fils. Pour se venger il avait empoisonné sa femme (alors la raison de sa mort n'était pas la tuberculose). Elle avait noté tout ceci dans son journal intime.

Plus tard Andrew avait lu ce journal - trouvé dans le vieux secrétaire de sa mère. Dans un rage il avait percé David dans le cou et dans le dos. Andrew avait quitté le bureau et David avait fermé à clef la porte derrière son 'fils'. Après ceci il s'avait percé le coeur lui même. Une action dramatique pour se punir soi même et pour sauver le bon nom de sa famille. Donc dans cette affaire il s'agissait de meurtre et de suicide combiné et Andrew était coupable.



La comparaison des dénoûments

Oui, c'était Andrew. Mais pas dans le couloir, comme je prédisais; Andrew perçait David dans le bureau. Comme j'avais écrit, David avait fermé la porte lui même, ainsi qu'il s'avait donné le coup fatale à lui même. Son motif n'était pas le mal à cause des blessures graves mais une punition pour lui même et un acte pour sauver le nom de sa famille. Pour moi c'était inattendu que Margaret jouait un rôle cruciale dans le dénoûment finale.
Andere boeken van deze auteur:


Home - Contact - Over - ZoekBoekverslag op uw site - Onze Boekverslagen - Boekverslag toevoegen